La France est championne d’Europe

Chaque année, les troubles hépatiques causent 125 000 décès en Europe où quelques 23 millions de personnes sont atteintes d'une forme d'hépatite virale (hépatiteB ou C), le plus souvent sans le savoir. Le virus B de l'hépatite se propage principalement en cas d'exposition à du sang ou des sécrétions corporelles infectés (sperme, sécrétions vaginales, lait maternel et salive). Le virus de l'hépatite C se propage principalement lors du partage de seringues par des toxicomanes. Il convient également de noter qu'avant 1992, la sécurité des transfusions sanguines était relativement faible et que celles-ci pouvaient donc être à l'origine d'infections.

Une enquête réalisée par Health Consumer Powerhouse (Danderyd, Suède) place la France en tête de 30 pays européens pour la prise en charge des hépatites virales. Avec un score de 872 points sur 1 000 la France offre le meilleur système de soins d'Europe pour l'hépatite. La France est suivie de la Slovénie et de l'Allemagne.

Au niveau européen, on estime qu’environ 23 millions de personnes vivent avec l’hépatite B ou C (14 millions de porteurs du virus B et 9 millions de porteurs du virus C) et que seulement 40% sont dépistées dans les pays où il existe des programmes nationaux. Ce chiffre baisse à 14 et 18% dans des pays comme l’Allemagne ou la Grande Bretagne. Dans la plupart des autres pays, ce taux de dépistage des personnes infectées varie de 0,3% (Grèce) à 3% (Pologne). Les résultats en France sont meilleurs pour le dépistage et l’accès au traitement.

L'indice de performance européen est construit à partir de 27 indicateurs et couvre l'ensemble de l'UE ainsi que la Suisse, la Norvège et la Croatie.

classement par indice de performance

Cette première place de la France est due probablement à la combinaison de plusieurs facteurs :

  • l’implication des professionnels de santé, au premier rang desquels les hépatologues, en lien étroit avec les associations de malades pour l’information, la prévention et la lutte contre les hépatites virales,
  • l’accès aux soins et aux traitements gratuits pour les personnes affiliées au régime de la sécurité sociale,
  • le fait que des recommandations, des plans et des actions spécifiques sur les hépatites virales sont élaborés avec les pouvoirs publics depuis plus de 30 ans et de manière constante.

La stratégie nationale française a permis de rendre les campagnes de dépistage plus efficaces, a renforcé les systèmes de surveillance de l'hépatite et a amélioré le réseau des 31 centres de référence ainsi que les excellents programmes de recherche en hépatologie du pays. Selon le docteur Beatriz Cebolla, directrice du projet d'établissement de l'indice, les autorités françaises assurent un suivi et une analyse réguliers de la situation et sont donc prêtes à agir rapidement si nécessaire. Ce type de stratégie devrait servir d'exemple à tous les pays européens.

Le rapport indique également des points d’amélioration comme le déficit de vaccination contre le virus B des enfants, des adolescents et des jeunes adultes et l'amélioration de la prévention et du dépistage, notamment vers les populations à risque que sont les usagers de drogue ou en prison.

Le rapport, Euro Hepatitis Care Index 2012, est consultable sur Internet sur le site de Health Consumer Powerhouse. Health Consumer Powerhouse Ltd, qui assure l'évaluation des performances en matière de soins de santé dans 35 pays depuis 2004.

 

Autres messages dans cette catégorie : HCV - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire