Nouveaux traitements de l'hépatite C chronique

Les hépatites chroniques B et C représentent un problème majeur de santé publique. Lors d’une enquête nationale de prévalence des hépatites B et C réalisée en France métropolitaine en 2004, on estimait que 367 055 personnes (âgées de 18 à 80 ans) étaient porteuses d'anticorps contre le virus de l’hépatite C (VHC). Plus de la moitié (57%) des personnes présentant des anticorps contre le VHC connaissaient leur statut sérologique.

En 2004, il y avait de 100 000 à 150 000 d'adultes infectées par le VHC sans le savoir. Les complications et cancers dus aux hépatites atteignent aujourd’hui de plein fouet les personnes contaminées depuis 20 à 25 ans.

En 2001, le nombre de décès associés au VHC a été estimé à 3 618. Parmi ceux-ci, 2 646 décès étaient imputables au VHC (soit 4,5 décès pour 100 000 habitants). Le pic de mortalité aurait été atteint en 2010. (Sources : Institut de Veille Sanitaire et Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé)

2011 est une année clé, marquée par l’arrivée sur le marché de nouvelles molécules anti-protéases.

Le 23 Mai 2011, la US Food and Drug Administration a approuvé le Incivek® (télaprévir) pour traiter certains adultes atteints de l'hépatite C chronique. Incivek® est utilisé chez les patients qui n'ont jamais reçu de traitement à base d'interféron pour leur infection ou qui n'ont pas répondu adéquatement aux traitements antérieurs. Incivek® est approuvé pour une utilisation avec un traitement par peginterféron alfa et ribavirine.

Le protocole actuel de soins pour les patients atteints d'une hépatite C chronique est le peginterféron alfa et la ribavirine pendant 48 semaines (génotype 1). Moins de 50 % des patients répondent à cette thérapie.

L'innocuité et l'efficacité de Incivek® ont été évaluées dans trois essais cliniques avec environ 2 250 patients adultes. La réponse virologique soutenue chez les patients traités avec Incivek®, dans toutes les études et dans tous les groupes de patients (préalablement traités ou non), a été entre 20 et 45 % de plus que le protocole des soins actuels.

Les études indiquent que le traitement avec Incivek® peut être raccourci de 48 à 24 semaines pour la plupart des patients. Soixante pour cent (60%) des patients préalablement non-traités ont eu une réponse rapide et n'ont reçu que 24 semaines de traitement (par rapport au protocole de 48 semaines, génotype 1). La réponse virologique soutenue chez ces patients était de 90 %.

Incivek® est une pilule prise trois fois par jour avec de la nourriture. Le médicament doit être pris pendant les 12 premières semaines en association avec le peginterféron alfa et ribavirine. La plupart des personnes ayant une réponse virologique rapide peuvent être traités pendant 24 semaines.

Incivek® fait partie d'une classe de médicaments appelés inhibiteurs de protéase, qui agissent en se liant au virus et l'empêchent de se multiplier.

Les effets indésirables les plus fréquemment observés chez les patients recevant le télaprévir en association avec peginterféron alfa/ribavirine sont : éruptions cutanées, anémie (faible numération de globules rouges), nausées, fatigue, céphalées, diarrhée, démangeaisons (prurit), irritation et douleur anale ou rectale.

Aux États-Unis, Incivek® est commercialisé par Vertex Pharmaceuticals, Cambridge, Massachusetts.

 

Le 13 mai 2011, la FDA avait déjà approuvé Victrelis™ (bocéprévir), un autre nouveau médicament pour le traitement de l'hépatite C chronique, commercialisé aux États-Unis par Merck et en France par Schering-Plough (filiale de Merck).

L'innocuité et l'efficacité de Victrelis™ a été évaluée dans deux essais cliniques avec 1 500 patients adultes. Les deux tiers (68%) des patients recevant Victrelis™ en association avec l'interféron pégylé et la ribavirine ont présenté une réponse virologique soutenue considérablement augmentée (le virus de l'hépatite C n'est plus détecté dans le sang 24 semaines après l'arrêt du traitement), par rapport à l'interféron pégylé et la ribavirine seuls. Entre 80 et 90 % des participants qui avaient des taux de virus indétectables aux semaines quatre et 12 ont été guéris après avoir terminé le traitement.

Victrelis™ est une pilule prise trois fois par jour avec de la nourriture.

 

Pour le moment (mai 2011), en France, il n'existe que des ATUs pour ces deux médicaments :

Ces deux médicaments sont à l'ordre du jour de la réunion du 26 mai 2011 de la Commission d'Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) des Médicaments de l'Afssaps.

 

Plus d'informations concernant le bocéprévir et le télaprévir sont disponibles :

BOCEPREVIR

 

TELAPREVIR

liver2

 

Le bocéprévir et le télaprévir, qui sont pris en association avec le peginterféron alfa et la ribavirine (trithérapie), offrent tous les deux des taux de guérison plus élevés que le traitement classique (interféron pégylé et ribavirine) de l'hépatite C. Leurs schémas posologiques proposés sont assez compliqués. En outre, comme avec tous les médicaments, ils peuvent provoquer des effets secondaires désagréables ou même dangereux.

 

Autres messages dans cette catégorie : HCV - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire