Complications chirurgicales tardives

Les progrès des techniques chirurgicales, des soins postopératoires et de l'immunosuppression au cours des 20 dernières années ont considérablement amélioré les chances de survie des patients après transplantation hépatique (TH). Néanmoins, cette procédure complexe reste associée à une variété de complications chirurgicales qui contribuent à la morbidité et la mortalité.

Les complications chirurgicales après la TH sont les plus fréquentes dans les 90 premiers jours, mais peuvent se produire tardivement après la chirurgie. Bien que ces complications peuvent survenir tôt (3 mois) après la transplantation, il y a souvent des différences dans le processus du déclenchement et du développement (pathogenèse) et la présentation de ces complications avec le temps.

Des complications communes de la chirurgie abdominales peuvent s’observer chez 5 à 30% des receveurs, telles qu’une éventration ou hernie incisionnelle (de 5 à 20% des cas), une occlusion de l'intestin grêle (1 à 2%), etc. Parmi les complications spécifiques de la TH, on distingue les complications biliaires et vasculaires.

Les complications biliaires tardives sont le plus souvent des sténoses, anastomotiques ou non, et leur incidence est d’environ 10 à 20%. Un mécanisme ischémique est souvent en cause et doit faire éliminer une thrombose artérielle, surtout en cas de sténoses intrahépatiques multiples. Ces complications sont plus fréquentes en cas de greffe utilisant des greffons partiels ou provenant de donneur à cœur arrêté. Le diagnostic repose sur une cholangio-IRM ou une opacification biliaire endoscopique ou transcutanée. Le traitement peut être endoscopique ou chirurgical et conduire à une retransplantation en cas de lésions diffuses.

Des complications artérielles peuvent survenir chez environ 5% des patients (thrombose, sténose, anévrysme). Une thrombose artérielle peut survenir à distance de la greffe, révélée, le plus souvent, par l’apparition d’abcès intrahépatiques. Le traitement peut être endovasculaire ou chirurgical, mais cette complication nécessite en général une retransplantation. Les complications vasculaires portales ou sus-hépatiques sont plus rares.

En bref :

  • Les sténoses biliaires et les hernies cicatricielles (éventrations) sont les complications chirurgicales les plus courantes rencontrées tardivement après une transplantation hépatique, ainsi que des thromboses de l'artère hépatique ou de la veine porte qui sont des complications plus rares.
  • Le risque de complications biliaires et vasculaires tardives peut être augmenté lorsque le greffon provient de donneurs vivant ou à cœur arrêté.
  • Les sténoses anastomotiques biliaires répondent à une intervention endoscopique et il y a rarement besoin d'une intervention chirurgicale.
  • La présence d'une sténose biliaire nécessite une évaluation du diamètre luminal de l'artère hépatique.
  • Les sténoses de type intra-ischémiques sont des indications communes pour la retransplantation.

 

LIVER TRANSPLANTATION 15:S12-S18, 2009

 

Autres messages dans cette catégorie : TRANSPLANTATION HEPATIQUE - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire