Ménopause, VHC et réponse virologique

Les femmes ayant une ménopause précoce ont des maladies hépatiques plus graves, sont moins susceptibles d'obtenir une réponse virologique soutenue (RVS) au traitement antiviral de l’hépatite C chronique à base d'interféron. L'hépatite C chronique et la fibrose du foie évoluent plus rapidement chez les hommes et les femmes ménopausées que chez les femmes en âge de procréer.

Les experts ont reconnu depuis longtemps les différences entre les sexes dans la réponse au traitement de l'infection chronique par le virus de l'hépatite C (VHC). Les femmes en tant que groupe ont tendance à connaitre une progression moins agressive de la maladie hépatique et répondent mieux au traitement que les hommes ; la recherche indique que les œstrogènes influencent ces résultats. On en sait moins sur la façon dont les changements hormonaux à la ménopause pourraient affecter le succès du traitement.

Villa et al. (Gastroenterology, Mars 2011) ont étudié les associations entre ménopause, réponse virologique soutenue et lésions hépatiques chez les patientes atteints d'hépatite C chronique. Les chercheurs ont réalisé une étude prospective avec 1000 patients naïfs de traitement de 18 ans et plus avec une maladie hépatique compensée due à l'hépatite C chronique, dont 442 participants (44%) étaient des femmes.

L'équipe a examiné des échantillons de biopsie du foie pour la fibrose, l'inflammation et stéatose (accumulation de graisse) avant que les patients ne commencent un traitement standard comprenant l'interféron pégylé et la ribavirine. Ils ont recueilli des données sur les caractéristiques de la ménopause des femmes. Les chercheurs ont évalué les paramètres hormonaux et métaboliques pertinents et ont mesuré les taux de l'interleukine-6 (IL-6) sériques et du facteur de nécrose tumorale alpha (TNF-α) hépatique.

Leurs résultats :

  • Les femmes post-ménopausées obtiennent une RVS significativement moins souvent que les femmes en âge de procréer (46,0% et 67,5%, respectivement).
  • Les femmes post-ménopausées avaient un taux de RVS plus proche de celle des hommes (46,0% et 51,1%).
  • Une analyse des autres facteurs, d'importants facteurs prédictifs indépendants de l'échec d'atteindre une SVR inclus :
    • La ménopause précoce ;
    • Des niveaux plus élevés de gamma-glutamyl transpeptidase (gamma-GT) ;
    • Le génotype 1 ou 4 (vs 2 ou 3) du VHC ;
    • Le taux de cholestérol
  • Parmi les femmes ayant le VHC de génotype 1, la ménopause précoce était le seul facteur indépendant qui prédit l'absence de RVS.
  • Les biopsies ont montré que les femmes ménopausées avaient une inflammation du foie, une fibrose et une stéatose plus graves que les femmes en âge de procréer, ainsi que des taux d'IL-6 et TNF-α plus élevés.

Sur la base de ces résultats, les auteurs de l'étude ont conclu que « Parmi les femmes ayant une hépatite C chronique, la ménopause précoce était associée à une faible probabilité de RVS, probablement en raison de facteurs inflammatoires qui changent à la ménopause. »

Autres messages dans cette catégorie : HCV - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire