Des traitements pour l'hépatite C sans interféron sont à venir

La bithérapie avec l'interféron pégylé et la ribavirine a longtemps été la norme de soins pour une infection par l'hépatite C chronique. Efficaces pour obtenir une cure pour environ la moitié de ceux traités, ces médicaments sont associés à des effets secondaires extrêmement difficiles.

Administré par injection, l'interféron est utilisé depuis la fin des années 1980 dans le traitement de l'hépatite C chronique. L'interféron pégylé a rendu son action prolongée et a amélioré sa facilité d'utilisation. L’ajout de ribavirine, administrée par voie orale, a augmenté de façon spectaculaire l'efficacité de l'interféron contre le virus de l’hépatite C (VHC).

Les effets secondaires associés au traitement peuvent être brutaux. Les plus communs liés à l'interféron sont notamment :

  • Anémie (suppression de la production de globules rouges dans la moelle osseuse)
  • Démangeaisons et éruptions cutanées
  • Dépression
  • Diarrhée
  • Douleurs musculaires et articulaires
  • Essoufflement
  • Perte d'appétit
  • Fatigue
  • Fièvre
  • Insomnie
  • Irritabilité
  • Maux de tête
  • Nausée
  • Neutropénie (suppression de la production de leucocytes dans la moelle osseuse)
  • Perte de cheveux
  • Thrombocytopénie (suppression de la production de plaquettes dans la moelle osseuse)
  • Toux et douleurs à la poitrine
  • Troubles thyroïdiens
  • Troubles visuels

Au printemps de 2011, le traitement de l'hépatite C a fait un bond en avant avec l'approbation de deux nouveaux médicaments, telaprevir et boceprevir. Ces antiviraux inhibiteurs de protéase à action directe augmentent l'efficacité de l'interféron/ribavirine dans un laps de temps plus court. Toutefois, les effets secondaires de l'interféron restent une des principales raisons pour laquelle les patients ne sont pas candidats pour, retardent ou refusent le traitement. Ainsi, des traitements sans interféron efficaces et sûrs représentent l'objectif actuel des fabricants de médicaments et représentent la majorité de la recherche d'aujourd'hui. Voici une liste des espoirs de sept sociétés pharmaceutiques :

  • Boehringer Ingelheim : BI 201335 et BI 207127
  • Bristol-Myers Squibb : Asunaprevir et Daclatasvir
  • Gilead : GS7977 et Tegobuvir
  • Janssen : TMC435
  • Merck : Vaniprevir
  • Roche : Danoprevir et Mericitabine et Setrobuvir
  • Vertex : VX-222

Bien que n'étant pas une liste exhaustive, voici trois exemples de résultats d'essais préliminaires encourageants :

  • Comme indiqué au début de 2012, l'association asunaprevir et daclatasvir pendant 12 semaines a supprimé le VHC de génotype 1 chez 90% de précédents non-répondeurs.
  • Comme indiqué en Avril 2012, une combinaison de BI 201335, BI 207127 et ribavirine sans interféron pendant 12 semaines a donné un taux de succès de 68% chez les patients atteints de VHC de génotype 1.
  • Comme indiqué en Avril 2012, une étude préliminaire de mericitabine, danoprevir et ribavirine a montré un taux de succès supérieur à 70% chez les patients naïfs avec un VHC de génotype 1.

Même si les experts estiment qu'il faudra peut-être encore trois à cinq ans pour que les premiers traitements sans interféron soient disponibles, ils conviennent que des traitements plus efficaces et plus faciles à tolérer sont en route.

Autres messages dans cette catégorie : HCV - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire