Rythme cardiaque et FA

Le cœur durant son rythme normal : le rythme sinusal

Le cœur se trouve entre les deux poumons, au milieu de la poitrine, derrière le sternum, légèrement à gauche. Une membrane double, appelée péricarde, enveloppe le cœur. Il peut peser entre 200 et 425g et sa taille est un peu plus grosse que celle d'un poing. Chaque jour, il bat environ 100 000 fois et pompe environ 7 200 litres de sang. Le cœur est une puissante pompe musculaire composée de quatre cavités qui fournit de l'oxygène au corps. Il est divisé en deux chambres supérieures, ou oreillettes, qui collectent le sang revenant par les veines, et deux chambres inférieures ou ventricules, qui pompent le sang à travers l'aorte (artère principale) et aux poumons. Le ventricule gauche (cavité du cœur la plus grosse et la plus puissante) est capable de pomper le sang dans tout l'organisme par la valvule aortique.

heart_pump

La pompe cardiaque est alimentée par le sang délivré au muscle cardiaque par les artères coronaires et un système électrique (système de synchronisation du cœur). Le cœur possède son propre système électrique qui lui commande de battre. L'activité électrique du cœur est mesurable à l'aide d'un test cardiaque appelé électrocardiogramme.

Le cœur est piloté par le nœud sinusal, une zone de cellules spécialisées, un groupe de cellules dans l'oreillette droite, qui émettent des impulsions électriques qui se répandent dans les oreillettes (la partie supérieure du cœur), ce qui provoque la contraction des cellules musculaires. En se contractant, elles expulsent le sang qu'elles contiennent vers les cavités inférieures du cœur, les ventricules.Ces impulsions électriques se propagent dans les oreillettes droite et gauche de manière lisse et régulière, puis dans les ventricules par l'intermédiaire d'un seul lien de connexion (le nœud auriculo-ventriculaire ou nœud AV situé dans la partie inférieure de l'oreillette droite).

Le nœud auriculo-ventriculaire est le lien électrique entre les oreillettes et les ventricules. Il retient l'impulsion électrique pendant un moment, afin que le sang des oreillettes puisse être pompé dans les ventricules. Ensuite, il transmet le signal aux cavités inférieures du cœur (ventricules), qui se contractent à leur tour. La contraction des ventricules expulse le sang avec beaucoup de force. L'impulsion électrique a maintenant parcouru les cavités supérieures et inférieures du cœur et les a fait se contracter. C'est un battement cardiaque.

Normalement, le cœur bat de façon régulière et organisée à raison de 60-100 battements par minute.

Le nœud sinusal est le stimulateur cardiaque naturel de l'organisme, déclenchant chaque battement de cœur selon les besoins de l'organisme. Lorsque le cœur bat normalement, on parle de rythme sinusal ou de rythme sinusal normal. Pour maintenir le rythme sinusal le cœur a besoin à la fois que le nœud sinusal fonctionne normalement et pour les cellules de l'oreillette d'être capables d'effectuer les impulsions électriques sans heurts.

Les troubles du rythme cardiaque sont omniprésents. On peut les voir apparaître inopinément sur l’électrocardiogramme d’un cœur normal et ils peuvent surgir pendant toutes les cardiopathies. Leurs aspects sont variés et leur signification variable, depuis la banale extrasystole isolée jusqu‘à la mort subite.

La fibrillation auriculaire (FA)

La fibrillation auriculaire (FA) correspond à des troubles du rythme cardiaque se caractérisant par une disparition du rythme sinusal. Durant un épisode de FA, les oreillettes palpitent de façon rapide et désordonnée ce qui entraîne une contraction irrégulière et généralement rapide des ventricules.

Généralement, les risques de FA augmentent avec l’âge et d’autres facteurs comme le diabète, l’hypertension artérielle et les maladies cardiaques sous-jacentes. Parce que le cœur bat de façon irrégulière des caillots sanguins peuvent se former dans les oreillettes. Ces caillots peuvent migrer vers le cerveau ou d’autres parties du corps. Une des principales complications liées à la FA est qu’elle peut provoquer un accident vasculaire cérébral (AVC), provoqué par un caillot sanguin qui se loge au niveau du cerveau. Les personnes atteintes de FA ont entre trois et cinq fois plus de risques d’avoir un AVC ischémique que les autres. Le risque d’AVC augmente avec l’âge et varie de 1 à 15% selon les individus.

Facteurs de risque d'AVC chez les patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire :

Facteurs de risqueRisque relatif
Antécédent d'AVC ou d'accident ischémique transitoire 2.5
Hypertension 1.6
Insuffisance cardiaque congestive 1.4
Âge avancé (par décennie) 1.4
Diabète mellitus (diabète sucré) 1.7
Coronaropathie (Maladies coronariennes) 1.5

Au cours d'un épisode de fibrillation auriculaire le rythme cardiaque est souvent rapide, irrégulier et d'intensité variable. Cela peut causer des symptômes désagréables de palpitations, d'étourdissements, d'essoufflement de douleurs à la poitrine, et peut même entraîner l'évanouissement. Si ces épisodes sont intermittents, alors on parle de FA paroxystique. Chez beaucoup de patients cependant, le rythme cardiaque est irrégulier en permanence, on parle alors de FA persistante ou permanente. Dans ce cas, certains patients se plaignent de fatigue constante et de manque d'énergie. La FA se produit lorsque le nœud sinusal perd le contrôle du rythme cardiaque.

Dans la FA paroxystique cela est dû à d'autres zones de l'oreillette produisant des impulsions électriques rapides et incontrôlées, provenant souvent des quatre veines pulmonaires, qui apportent le sang vers les oreillettes dans les poumons.

Durant la FA permanente ou persistante, l'activité électrique des oreillettes est en permanence chaotique parce que les cellules de l'oreillette ne conduisent pas l'activité électrique sans heurts. En raison de cette activité rapide le nœud sinusal n'a pas la possibilité de contrôler le rythme cardiaque.

Bien que le mécanisme des FA paroxystique et persistante diffère légèrement, le résultat final est un frémissement rapide et chaotique des oreillettes dans les deux cas.

Le nœud auriculo-ventriculaire protège les ventricules de s'emballer, mais il peut produire des impulsions supplémentaires et, par conséquent, le rythme cardiaque (qui est produite par les ventricules) peut parfois être très rapide et erratique. Un rythme cardiaque normal peut souvent être restauré par un traitment médicamenteux (anticoagulant ou antiplaquettaire) ou non-médicamenteux (cardioversion électrique ou ablation par cathéter).

Les médicaments constituent le traitement standard de la FA. Le contrôle du rythme cardiaque (rétablissement et maintien du rythme normal) et le contrôle de la fréquence cardiaque (ralentissement de la fréquence des battements du cœur) sont les deux stratégies habituellement utilisées.

Autres messages dans cette catégorie : FIBRILLATION AURICULAIRE - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire